Correction : La pêche aux poissons-appâts vivants est un vecteur de propagation de la carpe de roseau

La pêche aux poissons-appâts vivants se fait dans le circuit fermé du fleuve et de ses affluents. Seules les espèces déjà présentent dans ce circuit peuvent être utilisées. En plus, les espèces sont triées et les espèces envahissantes rejetées à l’eau sous l’ordre du ministère. menés.québec propose plutôt la récolte et la destruction des espèces envahissantes pour tenter d’en contrôler les populations et de les étudier.

Le facteur humain est bel et bien présent dans la dispersion de la carpe de roseau, mais tout comme le mentionne le Conseil Québécois des Espèces Envahissantes, les communautés culturelles relâchent parfois en nature des organismes aquatiques, dont la carpe de roseau, dans le cadre de leurs pratiques religieuses. Pourtant le ministère ne semble pas avoir de plan de lutte contre cette pratique.

Pour communiquer avec nous :
info@menes.quebec