Corriger les demi-vérités du MFFP

Le 28 février dernier, le ministère de la Forêts, Faune et Parcs annonçait la fin de la pêche aux poissons-appâts vivants dans les zones 7, 8 et 25 en utilisant comme prétexte la découverte d’ADN de carpe de roseau dans le fleuve Saint-Laurent. En soi cette découverte n’était pas une surprise puisqu’un spécimen avait été capturé à Contrecœur le 27 mai 2016, mais à la stupéfaction de tous le ministère a fait un amalgame avec le dossier de la carpe de roseau et celui de la pêche aux poissons-appâts vivants et déclarait l’état d’urgence malgré l’absence de faits flagrants. En agissant ainsi, le ministère a pris de court l’industrie de la pêche en opérant de façon disgracieuse en communiquant aux élus en dissimulant de l’information, en utilisant des demi-vérités et en tirant des conclusions sans aucune corroboration scientifique. L’industrie de la pêche a dû s’organiser sous une nouvelle association « menés.quebec » tout en devant décortiquer plusieurs sujets forts complexes auprès des élus municipaux et provinciaux. Heureusement, les faits nous donnent raison. Nous devons aussi combattre les faits alternatifs véhiculés par les communications du ministère. Le présent document est la première édition de la rectification des faits et des conséquences désastreuses de la décision d’interdire la pêche aux poissons-appâts vivants.

Pour communiquer avec nous :
info@menes.quebec