Le tri des poissons-appâts

Une fois capturés, les poissons appâts sont triés individuellement pour séparer les espèces envahissantes et les espèces interdites. Comme vous pouvez le constater, les poissons-appâts sont triés plusieurs fois avant de se retrouver entre les mains des pêcheurs.

Inspection des viviers des détaillants et des pêcheurs commerciaux de poissons appâts pour s'assurer du respect des conditions du permis

201520162017
Espèces aquatiques envahissantes24%8%0%*

L'année 2015-2016 correspond à l'opération Gardon Rouge qui est un poisson-appât qui est vendu aux États-Unis sur le Lac Champlain. Le Gardon Rouge au Canada a été capturé pour la première fois en 1990, en eaux ontariennes, et est maintenant retrouvé dans le lac Saint-Pierre depuis 1997. Toutefois, le ministère qui n'avait jamais fait de communication sur cette espèce a été pris de panique soudainement et à fait une opération d'envergure en 2015 (18 ans après en avoir pris connaissance). Comme le tableau ci-dessus le démontre, une fois alertés, les pêcheurs commerciaux se sont adaptés et l'ont éliminé en le triant.

Il est toujours intéressant de noter que le ministère ne permet la destruction des espèces envahissantes et exigait que les pêcheurs les remettent à l'eau.

*Selon nos informations, les membres de menés.quebec n’ont eu aucune infraction en rapport aux espèces envahissantes en 2017 mais nous serions ouverts à la vérification du MFFP

Le ministère pensait impressionner avec la liste des espèces interdites

Le ministère pensait impressionner les gens en montrant une affiche avec une carpe de roseau juvénile et les espèces d'alevins qui sont utilisés pour la pêche aux poissons-appâts en insonuant qu'ils se ressemblent. Nous l'avons modifiée pour vous démontrer toutes les espèces qui sont interdites.

Les véritables pêcheurs commerciaux, ceux qui en vivent et non tous ceux qui recevaient un permis du ministère après avoir payé leur permis sans devoir suivre de formation n'ont pas de problème à faire le tri. Le ministre Blanchette utilisait une anecdote de son travail d'été sur la chaine de tri chez Pepsi en disant qu'il ne pensait pas que le tri pouvait se faire correctement. Nous aimerions rappeller au ministre Blanchette que plusieurs employés permanents travaillent toujours chez Pepsi et sont en mesure de bien faire leur travail même si lui n'avait pas les aptitudes pour le faire, ce n'est pas tout le monde qui à les aptitudes pour être ministre non plus... nous ne lui demandons pas de devenir pêcheur commercial de menés mais plutôt de constater que le travail peut être bien fait.

Espèces interdites
Pour communiquer avec nous :
info@menes.quebec